bmcn.org
E-commerce / Shopping

Partez à la découverte des vins rosés

I. L’élaboration du vin rosé

On ne mélange pas du vin blanc et du vin rouge pour produire un vin rosé, contrairement à ce que raconte la croyance populaire. En revanche, ce qui est vrai c’est que la production du vin rouge et des rosés n’est pas si différente puisque les vins rosés sont élaborés à partir de cépages rouges. C’est le temps de macération des moûts de raisin, mélangés à la peau de celui-ci, qui va déterminer la nature du vin. Pour un rouge, il faut plusieurs jours de macération, contrairement au rosé qui nécessite seulement quelques heures. A partir d’un même cépage, on peut produire du vin rosé et du vin rouge. Aujourd’hui, il est possible d’affirmer que la production et la vente de vins rosés représentent un peu plus de 8,5 % de la production mondiale. Il faut aussi noter que les trois quarts des volumes sont produits en Europe, dont un quart produits en France.

 

II. Les différents types de rosé

Aujourd’hui, on distingue trois types de rosé : le vin rosé de macération, de pressurage ou de saignée :

– Le vin rosé de macération est un vin élaboré à partir des vendanges de cépages rouges et mis directement en cuve pendant 24 heures. Durant cette période, le jus libéré par les raisins va prendre une teinte rosée, notamment grâce à la peau. Le moût sera ensuite pressé afin de n’obtenir que le jus qui débutera sa fermentation.

– Pour le vin rosé de pressurage, il faut presser directement les grappes toutes entières après la vendange. Mis ensuite en cuve, le jus de raisin peut commencer sa fermentation. Ce type de rosé aura alors une robe assez claire en raison de l’absence de macération des moûts.

– Le vin rosé de saignée est lui aussi mis en cuve après les vendanges mais, après quelques heures de macération, une partie du jus de raisin est mise à part afin d’être vinifiée. Le jus restant est laissé en cuve afin de le transformer en vin rouge.

 

III. Une dégustation idéale

La tendance le confirme, le rosé est le vin des beaux jours, à servir frais mais pas glacé sur une terrasse autour d’un bon barbecue. Si votre vin est glacé, vous allez malheureusement tuer toute sa palette aromatique. Si le thermomètre bat des records de chaleur, n’hésitez pas à placer votre rosé au réfrigérateur, puis dans un seau à glace. En effet, l’ajout de glaçons va permettre de rafraîchir le vin, notamment les rosés sucrés. A l’inverse, si la météo est moins favorable, il reste possible de le servir un peu moins frappé. L’idéal étant de le déguster autour de 12 degrés, à l’ombre des parasols. On dégustera un rosé pétillant à 8 degrés environ, et un rosé léger à 9 degrés, tandis que les rosés structurés se boiront aux alentours de 13 et 14 degrés.

 

IV. Bien accorder mets et vin

Le vin rosé est un vin qui s’accorde généralement avec des plats estivaux. Un vin rosé peut d’abord être servi en apéritif avec des mises en bouche telles que des toasts au fromage de chèvre frais, de la rillette ou de la quiche de thon, et pourquoi pas des tapenades. Il peut également accompagner vos entrées avec une rafraîchissante salade de tomates. Pour le plat principal, le vin rosé s’accordera très bien avec des poissons grillés ou des viandes préparées au barbecue.

Autres articles à lire

Mettre en avant le mobilier moderne pour aménager son entreprise

administrateur

Pourquoi un professionnel du marketing peut améliorer votre valeur en ligne

Emmanuel

Les 7 étapes de la création d’un site web

Une literie au top pour des nuits réparatrices !

Journal

Faire des achats en ligne : comment éviter les arnaques ?

administrateur

Pourquoi le tablier personnalisé est un bon support publicitaire ?