bmcn.org
Sepsie
Santé / Médecine / Paramédical

Sepsie: définition, cause, symptômes, traitement

La sepsie est une complication potentiellement mortelle imputable à une infection. Il survient le plus souvent chez les personnes âgées ou dont le système immunitaire est affaibli.

Une sepsie survient en cas d’infection, lorsque les substances chimiques libérées dans le sang pour combattre l’infection causent une infection dans l’ensemble du corps. Dans les cas graves, une sepsie peut causer un choc septique. Un choc septique survient lorsque l’inflammation entraîne la formation de petits caillots sanguins qui bloquent l’alimentation en oxygène d’organes vitaux, et qui peut conduire à la défaillance d’un organe et à une chute de tension potentiellement mortelle.

Sepsie et choc septique affectent des millions de personnes dans le monde et causent le décès d’une personne sur quatre qui en sont affectées (Dellinger, 2007).

Symptômes

Les médecins ont identifié trois phases de la sepsie : la sepsie, la sepsie grave et le choc septique. La sepsie se déclenche souvent alors qu’un patient se trouve toujours à l’hôpital, après une intervention. Il ne s’agit toutefois pas d’une règle absolue. Consultez immédiatement en urgence si vous présentez l’un ou l’autre des symptômes suivants : Plus un traitement à base d’antibiotiques et de doses massives de fluides administrées par voie intraveineuse débute tôt, plus grandes sont les chances de survie du patient.

Symptômes de sepsie :

  • une fièvre excédant 38,5 °C (101,3 °F) ;
  • une fréquence cardiaque supérieure à 90 battements par minute ;
  • un rythme respiratoire supérieur à 20 respirations par minute ;
  • une infection possible ou effective.

Deux de ces symptômes au moins sont nécessaires à un diagnostic de sepsie.

Sepsie grave

Un seul des symptômes ci-après peut suffire au diagnostic d’une sepsie grave, qui peut correspondre à la défaillance d’un ou de plusieurs organes :

  • tâches de dépigmentation de la peau ;
  • quantités d’urine considérablement réduites ;
  • changements affectant l’aptitude mentale ;
  • numération plaquettaire (cellules de la coagulation sanguine) faible ;
  • difficultés respiratoires ;
  • anomalies des fonctions cardiaques ;
  • frissons dus à une baisse de la température corporelle ;
  • pertes de conscience ;
  • extrême faiblesse.

Choc septique

Symptômes de choc septique :

  • l’un ou l’autre des symptômes de sepsie grave ;
  • peau froide ;
  • hypotension prononcée.

Effets

Effets

Une sepsie peut avoir les conséquences suivantes :

  • compromission du flux sanguin alimentant le cerveau, l’oreille ou les reins ;
  • formation de caillots sanguins dans les organes, les bras, les jambes, les doigts ou les orteils ;
  • défaillance de certains organes ;
  • nécrose tissulaire (gangrène).

Causes

Une sepsie peut résulter de n’importe quel type d’infection : bactérienne, fongique ou virale. Les types d’infection suivants sont néanmoins plus susceptibles d’être à l’origine d’une sepsie que d’autres :

  • pneumonie ;
  • infection abdominale ;
  • infection rénale ;
  • infections sanguines.

Selon la clinique Mayo (Mayo Clinic), le nombre de cas de sepsie est en augmentation aux États-Unis (Mayo Clinic). Entre autres raisons possibles figurent :

  • le vieillissement de la population ;
  • développement de bactéries résistantes aux médicaments ;
  • nombre important de personnes dont le système immunitaire est affaibli du fait des traitements contre le VIH et le cancer.

Risques

Les personnes qui courent un risque élevé de sepsie sont notamment :

  • les très jeunes et les très âgés ;
  • les personnes dont le système immunitaire est affaibli ;
  • les patients en unité de soins intensifs dont l’état général est déjà très dégradé ;
  • les patients exposés à des dispositifs invasifs (tels que des voies intraveineuse ou des tubes raccords d’appareil respiratoire).

Diagnostic

Si vous présentez des symptômes de sepsie, votre médecin procèdera à divers tests pour parvenir à un diagnostic et déterminer la gravité de votre infection.

Les analyses de sang seront l’un des premiers tests pratiqués et l’un des plus simples. Votre sang sera analysé pour détecter l’une ou l’autre des complications suivantes :

  • une infection ;
  • des problèmes de coagulation ;
  • un dysfonctionnement du foie ou des reins ;
  • une moindre quantité d’oxygène ;
  • un déséquilibre électrolytique (les électrolytes sont des minéraux qui affectent la quantité d’eau du corps, ainsi que l’acidité du sang).

En fonction de vos symptômes et des résultats des analyses de sang, d’autres tests pourront vous être prescrits, et notamment :

  • des analyses d’urine (dans le but de déceler la présence éventuelle de bactéries) ;
  • une analyse de sécrétion de plaies (lorsque vous avez une plaie ouverte qui paraît infectée) ;
  • une analyse de mucus (pour identifier le type de germe à l’origine d’une infection).

Lorsque l’origine de l’infection ne ressort pas clairement des tests qui précèdent, votre médecin pourra souhaiter avoir une vue de l’intérieur de votre corps au moyen de l’une ou l’autre des techniques suivantes :

  • une radiographie pulmonaire ;
  • un tomodensitogramme par ordinateur pour identifier de possibles infections de l’appendice, du pancréas ou des intestins ;
  • une échographie pour déceler de possibles infections de la vessie ou des ovaires ;
  • une IRM pour repérer une infection de tissus mous.

Traitement

Une sepsie peut évoluer en choc septique si elle n’est pas rapidement traitée. Plus elle est diagnostiquée et traitée à un stade précoce, plus vos chances de survie sont grandes. Divers médicaments sont employés pour traiter la sepsie, et notamment :

  • les antibiotiques administrés par voie intraveineuse (pour combattre l’infection) ;
  • des médicaments vasoactifs (pour contribuer à accroître la tension) ;
  • l’insuline (pour stabiliser le taux de sucre dans le sang) ;
  • des corticostéroïdes (contre l’inflammation) ;
  • des analgésiques.

Les cas de sepsie les plus graves peuvent également nécessiter l’administration de grandes quantités de fluide en intraveineuse, ainsi que la mise sous respirateur. Lorsque les reins sont touchés, une dialyse peut également être nécessaire. Les reins contribuent à filtrer les déchets préjudiciables, le sel et l’excédent d’eau du sang. Lors d’une dialyse, une machine assure ces fonctions.

Dans certains cas, une intervention chirurgicale, telle que le drainage d’un abcès empli de pus ou l’ablation de tissus infectés, peut être nécessaire pour éliminer la source de l’infection.

Autres articles à lire

Otite séro-muqueuse (OSM): définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Quelles dispositions pour une expérience optimale de la vape électronique ?

administrateur

Infestation par les poux du cuir chevelu: définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Réaction dépressive brève: définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La mycose de la peau glabre (herpès circiné): définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Les soins du visage sont primordiaux

Journal