bmcn.org
arrêter de fumer
Santé / Médecine / Paramédical

Les raisons pour arrêter de fumer: définition, cause, symptômes, traitement

En premier lieu, il existe des raisons connues de tous : la mauvaise haleine, les dents jaunes, les doigts et les lèvres colorées, les taches de vieillesse et les rides. Il existe ensuite des phénomènes non visibles : l’augmentation drastique des risques liés au cancer des poumons, les problèmes de fertilité, les maladies cardiaques et les risques d’AVC. Si vous êtes un fumeur songeant à arrêter la cigarette ou ayant auparavant essayé d’arrêter, vous connaissez probablement déjà toutes les raisons pour lesquelles vous devriez arrêter.

Qui sont les fumeurs ?

Le tabagisme concerne toutes les populations, les deux genres et toutes les catégories socio-économiques. Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), plus de 46 millions d’adultes fument aux États-Unis – soit plus de 20 % de la population américaine. (contre 24 % il y a 10 ans) Les hommes sont plus souvent fumeurs que les femmes (23% des hommes contre 19 % des femmes). Les adultes ne sont pas les seuls concernés. Près d’un quart des lycéens consomment du tabac aux États-Unis.

Les cigarettes sont fabriquées avec des feuilles de tabac séchées qui contiennent naturellement une substance addictive – la nicotine. Les fabricants de cigarettes y ajoutent des substances chimiques telles que l’ammoniac, le goudron, le plomb et le cyanure ainsi que d’autres ingrédients tels que la cacao, le café, le menthol afin de modifier la saveur du tabac dans le but de rendre la consommation de cigarettes plus agréable. Selon l’American Cancer Society (ACS), plus de 4 000 substances chimiques différentes ont été identifiées dans les cigarettes et la fumée de cigarette. Sur ces 4 000 composants chimiques, 60 sont connus pour être à l’origine de cancers. Ces composants chimiques provoquant les cancers sont qualifiés de cancérigènes.

Jusqu’à récemment, les fabricants de cigarettes n’étaient pas dans l’obligation de rendre publique une liste des ingrédients qu’ils ajoutaient dans leurs cigarettes. Ainsi, les scientifiques n’ont pas été en mesure de déterminer les effets que tous ces composants pouvaient avoir sur la santé des individus. La législation fédérale des États-Unis impose désormais aux fabricants de cigarettes de fournir à la Food and Drug Administration (FDA) la liste des produits ajoutés dans leurs cigarettes. Une liste de substances chimiques nocives ou dangereuses trouvées dans chaque cigarette a été publiée. De façon générale, les produits du tabac ne sont pas règlementés – contrairement aux médicaments, à l’alcool et à la plupart des aliments – ce qui signifie que leurs risques potentiels pour la santé, au-delà de ce que nous savons déjà depuis des années de consommation, restent inconnus.

Tabagisme, grossesse et fertilité

Fumer et consommer du tabac affectent les capacités de reproduction et la fertilité. Les scientifiques ont démontré que les fumeurs de sexe masculin avaient une concentration réduite de spermatozoïdes et que les spermatozoïdes qu’ils produisaient étaient souvent déformés et avaient du mal à se déplacer – rendant ainsi la fécondation plus difficile. Certains experts pensent également que fumer affecte l’ADN des spermatozoïdes et peut conduire à des problèmes de santé et de développement chez l’enfant.

S’agissant des femmes enceintes et continuant à fumer, elles portent préjudice à la santé du fœtus et à la santé future de l’enfant à naître. Les enfants nés de mères fumeuses ont environ 30 % de chances supplémentaires de naître prématurés, et ceux qui sont nés à terme ont un risque plus élevé d’avoir un poids insuffisant à la naissance. Les enfants nés de mères fumeuses pendant la grossesse courent également un risque accru d’être victimes de la mort subite du nourrisson (MSN).

Les maladies cardiaques sont la première cause de mortalité chez les hommes et les femmes aux États-Unis. Fumer augmente les risques de maladies cardiovasculaires de 2 à 4 fois par rapport à une personne non fumeuse. Les mêmes statistiques sont applicables aux risques d’AVC. Fumer rétrécit les vaisseaux sanguins et les artères. Cela peut conduire à une artériopathie périphérique (AP) – l’obstruction des artères principales des bras et des jambes. Si vous continuez à fumer, l’AP peut provoquer une série de complications incluant des douleurs et une détermination musculaire, et pouvant aller jusqu’à la dystrophie musculaire.

Fumer nuit aux poumons et aux voies respiratoires, et conduit à un risque plus important d’être affecté par une maladie respiratoire. Chez les hommes, le risque de développer un cancer des poumons est multiplié par 23 en cas de tabagisme. Le cancer des poumons est la cause principale des décès par cancers, et fumer multiplie par 13 le risque d’être touché par la maladie chez les femmes. Beaucoup de fumeurs seront également affectés par une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) – l’une des seules maladies, au même titre que la bronchite ou l’emphysème, qui emprisonne le flux d’air à l’intérieur et à l’extérieur des poumons, rendant ainsi la respiration plus difficile.

Tabagisme et décès

Le tabagisme demeure la première cause de maladies et de décès qui peuvent être évités chez les adultes aux États-Unis. En outre, le tabagisme passif tue chaque année des dizaines de milliers de personnes qui n’ont jamais aspiré une seule bouffé de cigarette de toute leur vie. En moyenne, les fumeurs ont une espérance de vie inférieure de 13 à 14 ans par rapport aux non-fumeurs. Si vous n’arrêtez pas la cigarette, vous êtes susceptible de faire partie des 443 000 adultes qui meurent chaque année d’une maladie ou d’une complication imputable à la cigarette.

Il demeure toutefois un facteur positif : À partir du moment où vous arrêtez de fumer, les risques de nombreuses maladies et de complications en matière de santé commencent à décroître. En effet, selon l’American Cancer Society, un an après que vous avez arrêté de fumer votre dernière cigarette, le risque accru de maladie cardiaque est réduit de moitié. Quinze ans plus tard, ce même risque retombe au même niveau que les personnes n’ayant jamais fumé une cigarette. Le même phénomène s’applique aux risques d’AVC. Le futur de votre santé n’est pas inéluctable. Vous pouvez changer l’avenir en décidant d’arrêter de fumer.

Autres articles à lire

Réparation des anévrysmes cérébraux: définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Luxation congénitale de la hanche: définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Traitements du cancer du sein : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Déficit en facteur VII: définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Tomodensitométrie (TDM) de la colonne vertébrale cervicale

Irene

La pneumonie chez un sujet immunodéprimé: définition, cause, symptômes, traitement

Irene