bmcn.org
Embolie pulmonaire
Santé / Médecine / Paramédical

Embolie pulmonaire: définition, cause, symptômes, traitement

Une embolie pulmonaire est un caillot de sang qui affecte les poumons. En général, il s’agit d’un caillot de sang qui provient d’une autre zone du corps et vient se loger dans une des artères qui alimente les poumons en sang.

Une embolie pulmonaire peut endommager une partie des poumons, par la diminution du flux sanguin et donc du niveau d’oxygène dans le sang, ainsi que d’autres organes (NHLBI). Les caillots de grande taille ou multiples peuvent être fatals.

Le blocage peut être mortel, mais un traitement d’urgence immédiat accroît significativement les chances d’éviter des lésions permanentes aux poumons.

Causes

Les caillots de sang peuvent se former pour différentes raisons. Les embolies pulmonaires sont le plus souvent provoquées par une thrombose veineuse profonde, une affection caractérisée par la formation de caillots de sang dans le réseau veineux profond. Les caillots de sang qui sont le plus souvent la cause d’embolies pulmonaires se forment généralement dans les bras ou les jambes.

Les facteurs qui augmentent les risques de thrombose veineuse profonde ou d’embolie pulmonaire incluent :

  • cancer
  • antécédents familiaux d’embolie
  • fracture de la jambe ou de la hanche
  • troubles génétiques de la coagulation (hypercoagulabilité héréditaire), parmi lesquels le facteur V Leiden, la mutation du gène lié à la prothrombine et des niveaux élevés d’homocystéine
  • antécédents de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral
  • chirurgie lourde
  • obésité
  • mode de vie sédentaire

Symptômes

Les symptômes de l’embolie pulmonaire dépendent de la taille du caillot et de l’endroit de vos poumons où il est logé.

Le symptôme le plus commun de l’embolie pulmonaire est l’essoufflement. Il peut être graduel ou soudain. Si vous éprouvez un essoufflement soudain, vous devriez vous faire examiner par un médecin immédiatement.

Les autres symptômes de l’embolie pulmonaire incluent :

  • anxiété
  • peau moite ou bleuâtre
  • toux
  • douleur dans la poitrine qui peut s’étendre jusque dans votre bras, votre mâchoire, votre nuque et vos épaules
  • évanouissements
  • fréquence cardiaque irrégulière
  • étourdissements
  • respiration rapide
  • accélération du rythme cardiaque
  • agitation
  • sang dans les crachats
  • pouls faible

Si vous remarquez un ou plusieurs de ces symptômes, en particulier l’essoufflement, vous devriez vous faire examiner par un médecin immédiatement.

Diagnostic

Dans certains cas, l’embolie pulmonaire peut être difficile à diagnostiquer. C’est vrai en particulier si vous avez des problèmes de cœur ou de poumons préexistant, tels qu’une maladie des poumons ou une tension élevée.

Quand vous voyez votre médecin pour la première fois à propos de ces symptômes, il ou elle vous questionnera sur votre santé générale et sur vos antécédents médicaux afin d’établir un profil médical complet.

Votre médecin effectuera généralement un ou plusieurs des tests suivants pour découvrir la cause de vos symptômes :

  • radiographie des poumons : cet examen standard, non invasif, permet à votre médecin de voir votre cœur et vos poumons en détail, et également tout problème concernant les os entourant vos poumons.
  • électrocardiographie (ECG) : cet examen mesure l’activité électrique de votre cœur.
  • imagerie par résonance magnétique (IRM) : ce type de scanner utilise des ondes radios et un champ magnétique pour produire des images détaillées
  • tomographie assistée par ordinateur (TAO) : ce scanner permet à votre médecin de voir des images en coupe de vos poumons
  • angiographie pulmonaire : cet examen implique de pratiquer une petite incision pour que votre médecin puisse guider des outils spécialisés à l’intérieur de vos veines. Un colorant spécial est injecté pour que les vaisseaux des poumons soient visibles.
  • échographie Doppler : cette technique utilise des ondes ultrasonores pour visualiser le flux sanguin et vérifier la présence de caillots de sang dans vos jambes.
  • phlébographie : c’est une technique spéciale de radiographie des veines des jambes.

Traitement

Le traitement de votre embolie pulmonaire dépend de la taille et de la localisation des caillots de sang. Si le problème est réduit et traité rapidement, votre médecin optera pour la médication comme traitement principal. Certains médicaments peuvent désintégrer les petits caillots.

Les médicaments que votre médecin peut utiliser incluent :

  • des anticoagulants : appelés également fluidifiants du sang, l’héparine et la warfarine sont des médicaments qui empêchent la formation de nouveaux caillots dans votre sang. Ils peuvent vous sauver la vie en cas d’urgence.
  • des thrombolytiques : ces médicaments accélèrent la désagrégation des caillots de sang. Ils sont généralement réservés aux situations d’urgence en raison de leurs effets secondaires qui incluent de dangereux problèmes de saignement.

La chirurgie peut être nécessaire pour enlever les caillots problématiques, en particulier ceux qui restreignent le flux sanguin vers les poumons ou le cœur. Quelques interventions chirurgicales que votre médecin peut être amené à pratiquer en cas d’embolie pulmonaire (Mayo) :

  • filtre cave : une petite incision est effectuée pour permettre l’installation d’un petit filtre au niveau de votre veine cave inférieure – la veine principale qui relie les jambes au côté droit du cœur – au moyen d’un câble très fin. Le filtre empêche les caillots de sang de se déplacer de vos jambes vers vos poumons.
  • élimination des caillots : il peut être nécessaire d’aspirer les gros caillots hors de votre artère au moyen d’un fin tube appelé cathéter. Ce n’est pas une méthode vraiment efficace de par la difficulté de mise en œuvre, et elle n’est donc pas toujours la méthode de traitement privilégiée.
  • chirurgie effractive : la chirurgie ouverte n’est utilisée qu’en cas d’urgence, lorsque la personne est en état de choc ou que les médicaments ne parviennent pas à dissoudre le caillot.

Suivi

Après que votre embolie pulmonaire ait été correctement traitée à l’hôpital, il vous sera conseillé de traiter la cause sous-jacente. Il s’agit généralement de thrombose veineuse profonde.

Vous serez sûrement mis sous anticoagulants, tels que l’héparine ou la warfarine pour prévenir la réapparition de caillots de sang. On peut également vous prescrire l’utilisation de bas de compression – similaires à des chaussettes très serrées – ou tout autre dispositif permettant d’empêcher les caillots de se former au niveau des jambes.

Exercer régulièrement vos jambes sera également une composante clé de la thérapie suivant une embolie pulmonaire. Votre médecin vous donnera des instructions complètes sur la meilleure façon de prévenir la formation de nouveaux caillots de sang.

Autres articles à lire

Test Mantoux (épreuve diagnostique de la tuberculose): définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Solutions de traitement de la douleur chronique

Irene

Syndrome de Crigler-Najjar: définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Choc cardiogénique: définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Thalassémie: définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Sensibilité localisée dans l’abdomen: définition, cause, symptômes, traitement

Irene